Quelles sont les failles de sécurité WordPress les plus courantes ?

Avec plus de 60 millions de téléchargements, WordPress est considéré comme l’un des CMS les plus utilisés au monde. Il s’agit d’un outil très flexible et facilement personnalisable. Cependant, il est également vulnérable aux menaces et aux attaques de sécurité. Dans cet article, nous allons discuter des failles de sécurité WordPress les plus courantes.

Attaque par force brute

L’attaque par force brute consiste à tester des centaines de combinaisons de mots de passe, à l’aide d’algorithmes et de dictionnaires complexes, afin de deviner le bon mot de passe. C’est une méthode très populaire pour hacker des sites WordPress, car WordPress ne bloque pas automatiquement les tentatives d’échec répétées. Ce qui permet à des robots d’essayer plusieurs milliers de combinaisons par seconde sur ce site.

Lire également : Gras, italique, souligné : le choix du texte en CSS

Injection SQL

L’injection de requêtes SQL est l’une des plus anciennes méthodes de piratage web. Elle consiste à utiliser un formulaire ou un champ de saisie pour endommager ou même détruire la base de données. Une fois le piratage réussi, le cybercriminel peut manipuler la base de données MySQL et, très probablement, se connecter à l’administration du site WordPress ou simplement modifier ses informations d’identification pour causer des dommages supplémentaires. Cette technique est souvent utilisée par des pirates débutants pour tester leurs compétences.

Vérifiez si votre site a subi une injection SQL en installant un plugin. Assurez-vous que WordPress, ainsi que tous les thèmes et plugins liés à votre site, sont à jour. Pour signaler tout problème identifié, reportez-vous à la documentation et aux forums d’assistance fournis par le développeur en question afin qu’un correctif puisse être développé.

A lire aussi : L’originalité avec un calendrier de l’Avent photo sur mesure

Cross-Site Scripting

Pour se protéger contre le Cross-Site Scripting, il est important d’effectuer une validation appropriée des données lorsqu’elles sont saisies sur le site WordPress. Il est également recommandé d’utiliser un assainissement de sortie pour vous assurer que le bon type de données est inséré. Cela empêchera les pirates de charger du code JavaScript malveillant, qui collecterait et redirigerait vers des sites malveillants, et affecterait ensuite l’expérience de l’utilisateur.

Malware

L’injection de code malveillant dans WordPress peut se produire par le biais d’un thème, d’un plugin ou d’un script infecté. Ce code peut alors soutirer des informations provenant du site et insérer du contenu nuisible qui peut passer inaperçu par sa discrétion. Si le malware n’est pas détecté et éliminé à temps, les conséquences être désastreuses. Cela peut parfois obliger à réinitialiser entièrement WordPress, et augmenter ainsi le coût de l’hébergement à cause des grandes quantités de données transférées ou stockées sur le site.

Voici quelques mesures à prendre pour assurer la sécurité de votre site web :

  • Utilisez des thèmes et des plugins fiables,
  • Analysez en profondeur votre site web à l’aide d’outils de sécurité,
  • Faites appel à un spécialiste WordPress en cas de doute.

Attaque DDoS

Tous ceux qui ont navigué sur le web ou gèrent un site web ont probablement entendu parler de l’attaque DDoS. Le déni de service distribué (DDoS) est une version plus avancée du déni de service (DoS) et implique le bombardement d’un grand nombre de requêtes à un serveur, le ralentissant et le faisant finalement tomber en panne. Une attaque DDoS se fait à partir d’une seule source alors qu’une attaque DDoS est un effort coordonné à partir de plusieurs ordinateurs à travers le monde. Ces attaques de sécurité web coûtent des millions de dollars chaque année.

Les attaques DDoS sont difficiles à prévenir avec des méthodes conventionnelles. Les hébergeurs jouent un rôle important dans la protection de votre site web contre ces attaques. Par exemple, un fournisseur d’hébergement Web peut gérer la sécurité des serveurs et signaler tout élément suspect avant qu’il ne puisse causer des dommages à un site web.