Marketing, santé, écologie et mensonges…

Le marketing est un outil puissant qu’il est difficile de mettre de côté pour réussir à vendre un produit. Tout est marketing, même vos enfants quand ils modifient leurs comportements et vous  racontent de belles histoires pour vous acheter font du marketing. Le marketing lorsqu’il est utilisé à bon escient et de façon authentique peut faire des miracles et des gens satisfaits.

Vin et storytelling

Vin et storytelling

Lorsque vous allez acheter du vin chez un vigneron qui vous raconte sa passion pour le vin, qu’il vous fait visiter ses caves et ses ateliers. En vous racontant son histoire il vous fait passer un bon moment. En achetant son vin (même si ce n’est pas un grand Saint Emilion), vous passerez un moment agréable car cela vous rappellera de bons souvenirs et vous associerez ce vin à son histoire. Cette histoire apportera une petite magie à votre repas avec vos amis.

Lorsque le marketing raconte des histoires authentiques il peut participer au bien être des hommes. On ne peut pas parler de bonheur à proprement dit, car le bonheur ne se trouve pas dans la consommation.  Au contraire, en incitant les gens à consommer toujours plus on accentue des déséquilibres en créant des besoins et des désirs à outrance.

Comme partout il y des abus, trop d’abus. Le marketing est un outil tellement puissant que les dérives font de gros dégâts. Beaucoup de marques vous racontent des histoires qui ne sont pas authentiques. Tromper le consommateur n’est jamais bon ni pour lui ni pour l’image de la société. Mais tromper le consommateur peut avoir des conséquences bien plus dramatiques. Au moment de l’achat,  le consommateur, n’est pas forcément conscient des problèmes que cela peut engendrer.

 

Les produits alimentaires

Les marques de produits alimentaires mettent en avant des arguments sur les bienfaits de leurs produits. Vous achèterez certains produits parce que l’histoire que vous racontent les marques correspond à vos attentes. Cette histoire qui tourne autour du bien être, et des vertus pour la santé. Continueriez-vous à acheter ces produits si vous saviez que les arguments avancés n’influent aucunement sur votre santé ? Qu’au contraire ils sont parfois plus néfastes pour votre santé ?

Les produits light sont d’une part allégés en matières grasses, mais de l’autre ils sont enrichis en sucre et nombreux additifs. Des produits qui ne changeront rien à votre poids et qui seront souvent mauvais pour votre santé.

 

Enjeux écologiques et humanitaires

déforestation

L'huile de palme : une cause de la déforestation

Les enjeux écologiques et humanitaires me paraissent d’autant plus graves qu’ils touchent des régions et des populations entières et engendrent des problèmes à l’échelle planétaire.

L’huile de palme est de plus en plus utilisée car son rendement extraordinaire en fait une huile peu chère. Mais les cultures de palmiers sont responsables en grande partie de la déforestation en Asie du Sud Est.

Continueriez-vous d’acheter des gâteaux pour vos enfants si vous saviez qu’ils sont la cause de la disparation des Orang-Outans ?

Comme je l’explique dans mon article sur le marketing écologique. Les marques savent utiliser des arguments marketing pour que les consommateurs se donnent bonne conscience.

Prenons le cas du bio éthanol. Ce carburant est un massacre écologique. Et pourtant nombreuses marques aux USA ont fait des 4×4 roulant à l’éthanol. N’est-ce pas une pure hypocrisie quand on sait que la production d’éthanol est à l’origine :

  • d’augmentation de la déforestation
  • d’une pénurie d’eau due à l’irrigation
  • de la pollution des sols cultivés de façon intensive
  • d’un appauvrissement des populations locales dû à la spéculation sur les matières premières

Lors de son achat le consommateur ne connait pas les enjeux et pense faire un achat citoyen. D’une part L’entreprise floue le consommateur, d’autre part elle est responsable de désastres écologiques. J’ai du mal à croire que de tels modèles économiques puissent être pérennes. Lorsque le consommateur se rend compte de la supercherie, l’image de la marque en pâtira.

 

A qui la faute ?

On peut se demander si le consommateur n’est pas complice de ce genre de pratiques. Concernant le marketing tournant autour de l’écologie, je pense que le consommateur est fautif. Il est plus facile de se faire croire que l’on fait un geste pour la planète en achetant un 4×4 qui roule au bio éthanol plutôt que de se déplacer en vélo.

Mais dans certains cas on ne peut pas demander au consommateur de se documenter afin de savoir si l’histoire racontée est authentique ou non. Sinon à quoi bon de raconter des histoires ? Pour beaucoup de produits il est difficile d’être réellement informé. C’est d’ailleurs pour cela que je prône une certaine éducation des consommateurs afin qu’ils deviennent responsable dans leurs achats.

Par contre informé ou pas, il ne me paraît pas compliqué de savoir qu’en passant les portes d’un McDo c’est votre santé qui en prend un coup.

Les émotions plus fortes que la raison ?

 

Cet article a été rédigé par Jérôme Lecombe, consultant SEO et blogueur. Je vous invite à faire un petit tour sur son blog marketing pour en savoir plus sur lui. Tout ce que je peux dire c’est qu’il est, lui aussi, passionné de marketing !

Crédit image : Greenpeace


« « Pour vendre plus parlez de vos concurrents ! Comment devenir riche en 24h ! Je dévoile tout ! » »


29 commentaires à l'article “Marketing, santé, écologie et mensonges…”

  1. Minh Chau dit :

    Bonjour Jérome,

    Je suis d’accord pour dire que le consommateur a une part de responsabilité mais il y a surtout ceux qui créent les lois et ceux qui doivent les faire respecter. Il faut aussi remonter à la source !

    • Jérôme from blog marketing dit :

      Salut Minh Chau

      Je suis d’accord que les législateurs ont plus que leur part de responsabilité .
      A partir du moment où l’on sait objectivement, par des études ou autres, qu’une pratique est mauvaise c’est au législateur de prendre des mesures. Les citoyens n’ont pas forcément les connaissances ni l’envie de réfléchir pour l’intérêt général et non individuel. Et les entreprises ne sont pas là pour ça.

      Mais malheureusement le lobbying tient les politiques.

  2. Julien Arcin from Webmaster Toulouse dit :

    Oui, je doute que la mode d’acheter vert aie une incidence sur la planète, malheureusement. Je doute même que le consommateur se soucie vraiment de l’écologie.
    En achetant vert il se donne bonne conscience. Et ça lui suffit.

    • Jérôme from blog marketing dit :

      Salut Julien,

      Oui je suis d’accord avec toi, je ne parle pas ici de ce que j’appelle « le marketing de la bonne conscience » car j’ai écrit un article là dessus sur mon blog. Vas y faire un tour tu verras je pense que l’on sera d’accord sur ce point.
      L’article s’appelle : le marketing écologique, le marketing de la bonne conscience.

  3. Bonus PMU dit :

    Je suis d’avis que le consommateur est en parti responsable. Toutefois, certains sont là pour légiférer et d’autres pour veiller au respect des lois. Aussi, est-il important d’aller à l’origine.

  4. Damien from Tutoriaux Wordpress dit :

    Bonjour Jérôme, si seulement cet article pouvait réveiller un peu les consommateurs (dont je fais partie …).
    Le marketing met en avant ce qui est ou va devenir la mode du moment, passant sous silence les effets de bords.
    A un moment, c’était la chasse aux sachets plastiques dans les magasins … que certains remplaçaient par des sacs en papier. D’accord, plus de plastique à recycler, mais du papier à produire, matière à connotation très naturelle, mais dont la fabrication est hélas très polluante !!!

  5. Aurélie from bonnet dit :

    Le problème aujourd’hui est véritablement dans le mensonge. Et le plus malheureux c’est que cela ne s’arrête pas qu’au marketing, à la pub etc… Les gens sont peut-être trop crédules mais en tout cas ils se font bernés sans arrêts.
    C’est simple il ne m’arrive plus de regarder la télé sans m’être dit « Là c’est pipeau ! ».

    Je rêverai d’une totale transparence dans la télévision…l’espoir fait vivre. En tout cas il est clair qu’aujourd’hui il vaut mieux regarder des sujets qui nous intéressent sur Youtube pour être sûre de trouver une once de liberté et de transparence (en espérant que ça le reste autant que maintenant) =)

  6. Marc from logement neuf dit :

    En réalité, au-delà du story telling et de l’authenticité des arguments utilisés, c’est le comportement de tous les acteurs qui devrait être modifié :
    – le législateur qui produit des textes souvent incohérents entre eux et par rapport aux objectifs affichés
    – les corporatismes professionnels, syndicaux et autres qui tirent la couverture à eux
    – les particuliers qui se donnent bonne conscience à peu de frais et qui vont par exemple chercher à acheter / consommer ou surconsommer quitte à acheter du « made in china » pour économiser quelques euros et se plaindre ensuite des pertes d’emplois locaux..

    Tout un monde qui doit arrêter de soigner la communication, d’espérer que le voisin soit vertueux à leur place et faire enfin des efforts cohérents au quotidien. Mais là, y a encore du boulot…

  7. Jules from comparatif voyages dit :

    Je pense que le « marketeur »/vendeur, tout comme le client/consommateur ont leur part de responsabilité. D’une part celui qui produit les bien devrait faire preuve d’une conscience écologique mais malheureusement il fait et doit faire preuve d’une conscience économique.

    Niveau clients, ils devraient ne pas acheter tous ces produits trop polluants, ou qui entrainent la déforestation par exemple. Le problème du côté des consommateurs est aussi qu’ils sont rarement conscient des enjeux écologiques qui se jouent quand ils achètent leurs produits.

    Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, voici un site fait par l’agence Marcel pour WWF (essayer de commander quelque chose, vous aurez le droit à une surprise…) http://www.wewantfurniture.com/

  8. Carine from Shopping-Girl dit :

    Je pense que le consommateur est moins responsable que tu ne le penses, il y en a une petite partie seulement, faut pas non plus oublier l’origine de cela.

  9. Sophie from gag dit :

    La technique dont tu parles c’est le storytelling. ça me fait penser à un ouvrage de sociologie (oui bon c’est pas d marketing mais de la sociologie du marketing et c’est vachement bien argumenté) que j’ai lu pour un cours de socio de la com’. Bref, ce livre permet d’avoir une autre vision et c’est intéressant d’avoir ça à l’esprit quand on travaille dans la pub (ou le marketing, la limite est floue).

    • Sophie from gag dit :

      Blonde que je suis, j’ai pas cité le bouquin en question…

      Christian Salmon
      Storytelling la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits

      • jérôme from blog marketing dit :

        Oui en effet ce bouquin est connu…A l’inverse je pense qu’il ne faut pas forcément stigmatisé systématiquement le storytelling…Bien sur qu’il y a des mauvaises choses, mais il y également des bonnes choses…Le storytelling aide à plus de transparences et d’authenticité.

  10. Piercing dit :

    Les techniques de management et de communication sont relativement bien ficelée, vendre un produit initialement polluant, mais qui est présenté publicitairement comme étant un acte écologique, rend l’achat pour le consommateur nettement plus acceptable et diminue le sentiment de culpabilité…

  11. Flo from Jeux de Cuisine dit :

    Le consommateur est clairement fautif pour une part, mais comme affirmé ci dessus, le consommateur reste une partie faible face aux industriels. Et c’est tout là l’enjeu du droit de la consommation et donc du législateur. Or, le législateur, ce n’est autre que les députés que les consommateurs (la population) élisent.
    On en revient donc à une responsabilité des consommateurs !

  12. Date noël dit :

    A mon avis la responsabilité est plus que partagée.

  13. Jenny from referencement Google dit :

    Il est vrai que le marketing a apporté beaucoup dans l’amélioration de nos conditions de vie (je pense notamment à la période des Trentes Glorieuses). Cependant ces dernières années, le marketing ne tient plus compte de la demande des clients: ils veulent de l’écologique, respectueux de la planète. Or les produits proposés ne correspondent pas avec le slogan présenté. Quand on regarde un peu les étiquettes on s’aperçoit que beaucoup de produits sont soit nocifs pour la planète, soit nocifs pour notre santé.
    Il est peut être temps de penser à notre santé et à notre planète avant de vouloir vendre des choses mauvaises et nuisibles à tous.

  14. Nicolas from bien s'habiller dit :

    Le consommateur aime entendre ce qu’il a envie d’entendre et on ne peu pas vraiment l’en blamer. Enfin si, pour son manque d’esprit critique. C’est comme avec ton article sur « comment devenir riche » les gens ont envie d’y croire.

  15. Xavier from club du succès dit :

    Il ne faut pas oublier que ceux qui payent le prix de ces horribles mensonge son les peuples d’Afrique et d’Amérique du Sud qui de surcroît ne bénéficient jamais de ce fameux produits.

    Les marées noires et autre ne sont que les conséquence des agissements des hommes soient disant « puissants » de ce monde. Les Multi-nationales et autres ne sont que la face caché des soient disant G machin qui détruisent la planète.

  16. Damien from proteine dit :

    Le marketing est l’art de faire consommer et de vendre du rêve, si certains consommateur pensent que leur achat vont réellement faire évoluer les choses ou que parce qu’ils achètent vert tout ira mieux je pense qu’ils se trompent car la majorité ne suivra pas

  17. Marc from photographe dit :

    Il y a quand même un gros problème, c’est que c’est devenu impossible de connaitre tous les ingrédients contenus dans les aliments qu’on nous vend. Personnellement j’ai pris connaissance de l’huile de palme après une émission sur M6. Mais avant je ne connaissais pas cet ingrédient. Donc il faut intensifier les règlementations des produits en fonction de l’éthique que l’ont doit fixer assez haut, mais pas énormément pour éviter une trop forte hausse des prix…

  18. Mams from bache publicitaire dit :

    Comme il est dit dans ce billet, les marketeurs et les consommateurs sont autant coupables.Le problème du consommateur lambda, est qu’il ne cherche pas à s’informer sur les bienfaits ou méfaits de certains produits. Et c’est sur cela que va s’appuyer le marketing, afin de rendre un produit toxique en produit écologique.

  19. mak from capsiplex dit :

    je croix que plus d’une question de responsabilité il s’agit aussi d’éthique .. Méme si le marketing est une arme puissante , les société doivent en prime abord proposer des produits de qualité avant de passer aux pubs ..très bon article btw!

  20. Piercing dit :

    Je trouve facile de dire que c’est la responsabilité du consommateur! Par exemple, ici nos bus roulent au bio éthanol, et nous sommes dans une ville extremement polluée, ça fait 8 jours consécutifs que nous sommes en alerte pollution, et que les personnes ayant des problèmes respiratoires doivent se confiner (par un temps absolument magnifique). C’est tout de même mieux pour notre ville de rouler au bio éthanol, non ? Chaque chose à ses problèmes, on ne peut pas remédier à tout, même en étant averti ! On essaie de faire le tri et de consommer mieux. Mais on ne peut pas dire que le consommateur est coupable, il est plutôt coupable, choix A ou B, il y a forcément une conséquence négative. Après, tout dépend du point de vue dans lequel on se place.

  21. alizé from reprogrammation moteur dit :

    Je suis aussi d’avis de dire que le consommateur est en grande parti responsable ! Et j’ajouterai même que pour l’exemple de m’écologie, le consommateur est loin de se soucier des conséquences qu’il peut y avoir, surtout dans cette société de plus en plus individualiste..

  22. Arno from webmastering dit :

    Le consommateur est responsable mais si l’offre des distributeurs ou producteurs est trop complexe ou peu claire on ne peut pas non plus le blâmer.

  23. Clémence from Roses et Orchidées dit :

    On peut clairement blâmer le consommateur, la principale raison qui se cache derrière tout sa est le conditionnement que nous subissons depuis notre tendre enfance, à moins de partir vivre en Amazonie en harmonie totale avec la nature, je ne pense pas que l’on puisse échapper à ce genre catastrophes, nous sommes donc responsables mais nous n’avons surtout pas le choix.

  24. Angélique from Arbrorus dit :

    A mon sens on ne peut blâmer les consommateurs. Certes, la pollution est une conséquence direct de leurs agissements, mais il faut regarder plus haut dans la chaîne.

    En effet, qui pousse les consommateurs a polluer ?

    Premièrement, la société dans laquelle on vit, puis, le fait que chacun fasse « comme les autres ». C’est une réaction en chaîne, par exemple, les véhicules 4×4, symbole de richesse pour certains, sont très enviés. Si par exemple, dans une petite ville quelqu’un en achète un, il est certain que d’autres suivront le mouvement. Il en est de même pour bien d’autres choses.

  25. Michel from Egalité Homme Femme dit :

    Je penses, effectivement, que le consommateur est en quelque sorte attiré « contre sa volonté » à cause de ses habitudes, des habitudes de la société d’aujourd’hui. Cependant, effectivement, par un effort de volonté il est possible de refuser cela et lutter plus ou moins activement (par exemple en n’achetant plus les produits contenant de l’huile de palme).

    A mon avis le consommateur est donc responsable mais on ne peut ignorer les facteurs faisant pression sur ses choix,mais les distributeurs eux, sont indéniablement fautifs. Même si leur objectif est d’attirer un maximum de consommateurs ils ne doivent pas leur mentir.

    En définitive, je conseil aux deux parties(consommateur/distributeurs) de faire des efforts (faire plus attention à respecter l’écosystème lors de ses achats / essayer de produire/vendre des produits respectant l’environnement).

Laisser un commentaire

Ce blog utilise KeywordLuv. Entrez VotreNom@Mots Clés pour en profiter.

Lire les articles précédents :
Parlez de vos concurrents pour vendre
Pour vendre plus parlez de vos concurrents !

Cela peut vous paraitre étrange mais j’ai bien dit parlez de vos concurrents pour vendre plus. Pourquoi ? Pour montrer à...

Fermer